Archives par mot-clé : mirouze

6 avril 2014 – 5 – Congrès départemental de l’ANACR de Lot-et-Garonne à Aiguillon : L’ANACR aujourd’hui

L’ANACR aujourd’hui

Jacques Varin : l'ANACR aujourd'hui
Jacques Varin : l’ANACR aujourd’hui

Avant de commencer mon propos, je veux vous dire mon plaisir d’être à nouveau dans votre département – que je commence à connaître – pour y représenter la Direction Nationale.

Quelques mots tout d’abord sur notre #Association : au 31 décembre 2013 – ce sont les derniers chiffres concernant une année que nous possédons – l’#ANACR rassemblait près de 3 900 Résistantes et Résistants de tous réseaux, mouvements, syndicats et partis Résistants, restant ainsi – et de loin – l’Association la plus représentative de la #Résistance. Quant aux «Ami(e)s de la Résistance (ANACR)», ils étaient, à cette même date, près de 9 000 présents aux côtés des Résistants, ce qui fait aussi de notre Association la principale structure de passeurs de #mémoire des #combats et des #valeurs de la Résistance de notre pays.
Continuer la lecture de 6 avril 2014 – 5 – Congrès départemental de l’ANACR de Lot-et-Garonne à Aiguillon : L’ANACR aujourd’hui

La Résistance Lot-et-Garonnaise dans la 2ème Guerre Mondiale

L’Association des Anciens Combattants et des Ami(e)s de la #Résistance, autrement dit l’ANACR de Lot-et-Garonne, inaugure son blog en publiant ce billet. C’est le premier d’une longue série tiré du remarquable travail de recherche mené par notre regretté camarade Jacques #Munier. Cette publication doit être considérée comme un hommage rendu à un homme qui a partagé jusqu’au bout les mêmes valeurs que l’ANACR.

Jacques MUNIER et la Résistance

Son baccalauréat en poche, il participe à la création du groupe de résistance « Tchad » intégré par la suite aux Corps francs de la Libération.

Après la libération d’Agen, « Tchad » rejoint la brigade légère « Garonne » avant d’être incorporé à la 1ère Armée française du général de Lattre-de-Tassigny. #Jacques Munier et ses camarades affronteront le rude hiver alsacien ainsi qu’une résistance acharnée des allemands. Lieutenant d’artillerie à 19 ans, il participe à l’avance de la 1ère Armée à travers l’Allemagne du sud vers le lac de Constance et le Danube avant de revenir dans le Sud-Ouest pour poursuivre ses chères études d’histoire et de géographie.

Continuer la lecture de La Résistance Lot-et-Garonnaise dans la 2ème Guerre Mondiale