Archives par mot-clé : milice

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 9 – A l’approche du dénouement

A l’approche du dénouement

Dans les semaines qui suivent le #débarquement, un élan patriotique fait croître les effectifs des bataillons, surtout après la percée d’Avranches. Et la multiplication des combats entraîne un afflux de #volontaires. Ce gonflement est favorisé par le déplacement de tous les groupes vers les villes, comme l’a décidé le #COMAC. A ces derniers #Résistants, finalement peu utilisés, on doit au moins la floraison des #brassards tricolores qui conforte l’espoir de tous (tout en faisant risquer leur vie à ceux qui les arborent) et pousse des serviteurs de l’ordre établi à se remettre en question. Continuer la lecture de La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 9 – A l’approche du dénouement

Le temps des maquis – 6 – A la veille de Jour J

Au jour J quelques maquis parmi d’autres

Retrouvons les groupes armés insurrectionnels pour mentionner, en quelques mots, les plus importants d’entre eux le 1er juin 1944, en sachant bien qu’on ne peut pas faire un tableau, même succinct, de la Résistance en Lot-et-Garonne sans tenir compte des opinions politiques qui continuent à caractériser les groupes. C’est là le résultat de la propagande officielle qui martèle depuis des années ses slogans contre le communisme et contre le gaullisme. Continuer la lecture de Le temps des maquis – 6 – A la veille de Jour J

Le temps des maquis – 5 – La menace de représailles

Vivre sous la menace de représailles

Les Allemands cherchent à s’emparer des arrivages d’armes avant leur distribution. Une de leurs plus belles prises a lieu à la ferme de la famille Ossard à la Ragotte (2 km au Sud de Duras). Conduits par la Milice, ils récupèrent plus de 2 tonnes d’armes (2 parachutages successifs) en tuant 3 maquisards et en en déportant 8 autres dont 4 ne reviendront pas. Autre exemple : au Blanchou, maison isolée à 2,5 km au Nord-Est de Clairac. Conduits par la Milice, en pleine nuit, les Allemands tirent de la paille armes et munitions. Ils en chargent 2 charrettes qu’ils font atteler de vaches pour atteindre la petite route qui passe à la Molère, à 800 m de là, où attend leur camion. Tous les hommes du hameau sont déportés. Continuer la lecture de Le temps des maquis – 5 – La menace de représailles

Intensification de la guerre et de la Résistance – 2

Les rafles et la répression renforcent la résistance en Lot-et-Garonne

 En Lot-et-Garonne le sort des juifs s’aggrave aussitôt : les déportations à partir de Tombebouc vers Drancy et Auschwitz commencent dès le 12 août 1942. Le centre d’internement ne se vide pas pour autant : il se remplit en vue de nouvelles déportations. Une rafle, le 26 août, toujours opérée par la police française, rassemble à Casseneuil 284 juifs, qu’ils quittent le 9 septembre transportés en bus à la gare de Penne. Ils partent pour Drancy puis Auschwitz où ils sont « sélectionnés » pour le travail ou gazés. Continuer la lecture de Intensification de la guerre et de la Résistance – 2

Intensification de la guerre et de la Résistance – 1

Le 22 juin 1944 marque un tournant dans le déroulement de la guerre sur le continent européen

En apprenant l’invasion de l’URSS par l’Allemagne, le 22 juin 1941, beaucoup de Français, (peut-être encore marqués, dans leur subconscient, par la retraite de 1812 ?), se sentent soulagés. L’Angleterre, qui porte leurs espoirs, n’est plus seule face à Hitler et va pouvoir reprendre des forces.
Les communistes sont restés discrets jusque-là parce qu’ils sont inquiétés depuis le pacte germano-soviétique, que leurs chefs sont emprisonnés et que le Komintern qualifiait cette guerre de « conflit entre impérialismes ». Changeant d’attitude, ils vont rapidement gonfler le nombre des insoumis. Continuer la lecture de Intensification de la guerre et de la Résistance – 1