Archives par mot-clé : eysses

09 JANVIER 2014-WAGON DU SOUVENIR DE PENNE D’AGENAIS : PETITE HISTOIRE

30 Mai 1944, la remise aux autorités nazies des 1.200 prisonniers de la Centrale d’Eysses

Le 30 Mai 1944, 1 200 prisonniers sont entassés dans des wagons à Penne d’Agenais. Quelques mois après l’insurrection des prisonniers de la Centrale d’Eysses où 12 furent fusillés, les autorités françaises ont remis aux nazis ces patriotes dont le destin final était le camp de concentration de Dachau. Amenés de force, à pied ou par convois de camion, les 1 200 prisonniers ont rejoint, sous les coups, la gare de Penne d’Agenais. Ils sont partis en direction de Compiègne, lieu de rassemblement des déportés pour l’Allemagne. A Compiègne ils ont retrouvé d’autres prisonniers d’Eysses, partis en mars pour un transfert vers Blois. Continuer la lecture de 09 JANVIER 2014-WAGON DU SOUVENIR DE PENNE D’AGENAIS : PETITE HISTOIRE

A.G. ANACR 47 2015 Le wagon du souvenir

Tout a commencé en 2009, lors d’une visite d’Anne-Marie et Guy VICTOR en Allemagne du Nord, à 40 km de Hambourg, là où était prisonnier et travailleur forcé durant 5 ans , Lucien, le père de Guy. Durant ce séjour près de Hambourg ils ont visité le camp de Neuengamme. Et à l’entrée de ce camp, le symbole fort était un wagon. Alors l’idée a fait son chemin. Continuer la lecture de A.G. ANACR 47 2015 Le wagon du souvenir

31 mai 2014 : Inauguration du Wagon du souvenir à la Gare de PENNE D’AGENAIS

Discours de Monsieur LAULAN
de l’Association Nationale
pour la mémoire
des ANCIENS DEPORTES D’EYSSES

prononcé lors de l’inauguration
du Wagon du souvenir

Monsieur le Préfet, Monsieur le député, Monsieur le Président du Conseil Général, Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les responsables de l’ANACR et autres associations, Mesdames et Messieurs,

Au nom de l’Association Nationale pour la Mémoire des Résistants et Patriotes emprisonnés à Eysses et de son Président Jules Bloch, je tiens à remercier le comité de l’ANACR de Penne d’Agenais d’avoir installé ce Wagon du Souvenir, symbole fort de la déportation vers les camps de concentration nazis : 162000 hommes, femmes et enfants déportés du sol français dont plus de 70% ne sont jamais revenus. Continuer la lecture de 31 mai 2014 : Inauguration du Wagon du souvenir à la Gare de PENNE D’AGENAIS

INVITATION à l’inauguration du WAGON du SOUVENIR

INVITATION à l’inauguration du WAGON du SOUVENIR

Le Comité A.N.A.C.R. de PENNE D’AGENAIS
Association Nationale des Anciens Combattants
et Amis de la Résistance

a I’honneur de vous convier á I’inauguration du

WAGON du SOUVENIR

commémorant le 70éme anniversaire du départ
des 1 200 prisonniers de la Centrale d’Eysses
livrés aux nazis par les traîtres,

et déportés depuis la gare de PENNE D’AGENAIS
vers le camp de concentralion de DACHAU.

Nous serions honorés de votre participation à cette cérémonie
en présence de :

Monsieur le PREFET de Lot et Garonne,
Monsieur COSTES, Député,

Monsieur CAMANI Sénateur et Président du Conseil Général.
Le SAMEDI 31 MAl 2014,
devant la gare de
PENNE D’AGENAIS à 10 h 45

Un vin d’honneur clôturera la cérémonie

6 avril 2014 – 6 – Congrès départemental de l’ANACR de Lot-et-Garonne à Aiguillon : La montée des périls

La montée des périls

Lors de l’élection présidentielle et des dernières législatives de 2012, nous avons exprimé en tant que citoyens des choix différenciés. Mais, au-delà de ces choix différenciés, ce qui justifie l’existence de l’ANACR depuis sa création, et nous rassemble tous, c’est notre volonté commune de connaître et surtout de faire connaître ce qu’a été la réalité de la #Résistance, de ses combats, de ses valeurs et de son rôle, ce qu’a été aussi la réalité de ce contre quoi les Résistant(e)s ont combattu : le #fascisme qui reste une #menace de notre temps et qu’il nous faut donc combattre. Continuer la lecture de 6 avril 2014 – 6 – Congrès départemental de l’ANACR de Lot-et-Garonne à Aiguillon : La montée des périls

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 9 – A l’approche du dénouement

A l’approche du dénouement

Dans les semaines qui suivent le #débarquement, un élan patriotique fait croître les effectifs des bataillons, surtout après la percée d’Avranches. Et la multiplication des combats entraîne un afflux de #volontaires. Ce gonflement est favorisé par le déplacement de tous les groupes vers les villes, comme l’a décidé le #COMAC. A ces derniers #Résistants, finalement peu utilisés, on doit au moins la floraison des #brassards tricolores qui conforte l’espoir de tous (tout en faisant risquer leur vie à ceux qui les arborent) et pousse des serviteurs de l’ordre établi à se remettre en question. Continuer la lecture de La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 9 – A l’approche du dénouement

Le temps des maquis – 6 – A la veille de Jour J

Au jour J quelques maquis parmi d’autres

Retrouvons les groupes armés insurrectionnels pour mentionner, en quelques mots, les plus importants d’entre eux le 1er juin 1944, en sachant bien qu’on ne peut pas faire un tableau, même succinct, de la Résistance en Lot-et-Garonne sans tenir compte des opinions politiques qui continuent à caractériser les groupes. C’est là le résultat de la propagande officielle qui martèle depuis des années ses slogans contre le communisme et contre le gaullisme. Continuer la lecture de Le temps des maquis – 6 – A la veille de Jour J

Le temps des maquis – 3 – Des coups dramatiques

Des coups dramatiques portés aux maquis

Banabéra est arrêté en août 1943 et déporté. Il survivra à l’enfer des camps, et, à la Libération, rentrera à Agen pour y mourir. Cambon, ingénieur chimiste, affilié à « Combat », en rapport avec le réseau Buckmaster, devient, à sa place, chef départemental des MUR. Continuer la lecture de Le temps des maquis – 3 – Des coups dramatiques

Le temps des maquis – 2 – Le rassemblement

Rassemblement des réseaux et des maquis de la Résistance

C’est le moment où Jean Moulin, parachuté en Provence le 2 Janvier 1942, réussit, après avoir pris contact avec tous les mouvements de la Résistance, à fonder le Conseil National de la Résistance (CNR), le 27 mai 1943, unanime pour reconnaître De Gaulle pour chef, le jour-même où Roosevelt et Churchill, réunis à Washington, envisagent l’administration qu’ils donneront à la France libérée. Continuer la lecture de Le temps des maquis – 2 – Le rassemblement