Archives par mot-clé : aiguillon

6 avril 2014 – 6 – Congrès départemental de l’ANACR de Lot-et-Garonne à Aiguillon : La montée des périls

La montée des périls

Lors de l’élection présidentielle et des dernières législatives de 2012, nous avons exprimé en tant que citoyens des choix différenciés. Mais, au-delà de ces choix différenciés, ce qui justifie l’existence de l’ANACR depuis sa création, et nous rassemble tous, c’est notre volonté commune de connaître et surtout de faire connaître ce qu’a été la réalité de la #Résistance, de ses combats, de ses valeurs et de son rôle, ce qu’a été aussi la réalité de ce contre quoi les Résistant(e)s ont combattu : le #fascisme qui reste une #menace de notre temps et qu’il nous faut donc combattre. Continuer la lecture de 6 avril 2014 – 6 – Congrès départemental de l’ANACR de Lot-et-Garonne à Aiguillon : La montée des périls

La Libération du Lot-et-Garonne – 2 – le département

La Libération du département de Lot-et-Garonne et de la partie de Gironde qui lui est rattachée

Libération de Tonneins
Libération de Tonneins

 La #Libération du #Lot-et-Garonne a commencé par les zones les plus éloignées de l’axe de la Garonne. #Sos et les hameaux voisins n’ont plus vu d’Allemands après le 22 juillet. Le canton d’#Houeillès est définitivement libéré par le départ des #Hindous le 13 août. Sans qu’on s’en rende bien compte toute la partie Sud et la partie Nord-Est du Lot-et-Garonne sont libres. Les gens voient qu’il ne passe plus d’Allemands dans leur village, mais ignorent qu’ils ont disparu de vastes espaces alentour. Continuer la lecture de La Libération du Lot-et-Garonne – 2 – le département

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 9 – A l’approche du dénouement

A l’approche du dénouement

Dans les semaines qui suivent le #débarquement, un élan patriotique fait croître les effectifs des bataillons, surtout après la percée d’Avranches. Et la multiplication des combats entraîne un afflux de #volontaires. Ce gonflement est favorisé par le déplacement de tous les groupes vers les villes, comme l’a décidé le #COMAC. A ces derniers #Résistants, finalement peu utilisés, on doit au moins la floraison des #brassards tricolores qui conforte l’espoir de tous (tout en faisant risquer leur vie à ceux qui les arborent) et pousse des serviteurs de l’ordre établi à se remettre en question. Continuer la lecture de La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 9 – A l’approche du dénouement

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 8 – Les principaux combats : Lapeyres et St-Jean-de-Thurac

15-17 août : les combats de Laspeyres et de St-Jean-de-Thurac

 C’est pour faciliter le #débarquement de #Provence, prévu par les accords secrets lors de la rencontre au sommet de Téhéran (déc. 1943), que les Anglo-Saxons demandent de façon de plus en plus pressante la destruction des voies ferrées Paris-Marseille et Bordeaux-Marseille. Eux-mêmes y participent par des raids aériens de surveillance et de bombardement des convois, sur renseignements de la #Résistance, transmis par #Hilaire. Continuer la lecture de La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 8 – Les principaux combats : Lapeyres et St-Jean-de-Thurac

Le temps des maquis – 7 – Les Allemands reculent sur tous les fronts

Avril 1944. Les Allemands reculent sur les fronts de l’Est et de l’Italie

 C’est « la défense élastique ». Les Russes, qui ont fini par débloquer Léningrad, pénètrent aux pays baltes, en Pologne, en Roumanie. En Italie, les Alliés et l’armée française du général Juin arrivent devant Rome. Hitler est réduit à la défensive. En Lot-et-Garonne, comme dans le reste de la France, la tension monte de jour en jour. Le débarquement devient une obsession pour tous. Quelqu’un ayant dit qu’une attaque massive alliée est imminente, la rumeur s’empare aussitôt de l’information. Les initiés savent que le plan « Fortitude-Ironside » prépare un débarquement sur la côte landaise, les maquisards devant s’assurer des aérodromes pour permettre le largage des troupes aéroportées. Continuer la lecture de Le temps des maquis – 7 – Les Allemands reculent sur tous les fronts

Le temps des maquis – 5 – La menace de représailles

Vivre sous la menace de représailles

Les Allemands cherchent à s’emparer des arrivages d’armes avant leur distribution. Une de leurs plus belles prises a lieu à la ferme de la famille Ossard à la Ragotte (2 km au Sud de Duras). Conduits par la Milice, ils récupèrent plus de 2 tonnes d’armes (2 parachutages successifs) en tuant 3 maquisards et en en déportant 8 autres dont 4 ne reviendront pas. Autre exemple : au Blanchou, maison isolée à 2,5 km au Nord-Est de Clairac. Conduits par la Milice, en pleine nuit, les Allemands tirent de la paille armes et munitions. Ils en chargent 2 charrettes qu’ils font atteler de vaches pour atteindre la petite route qui passe à la Molère, à 800 m de là, où attend leur camion. Tous les hommes du hameau sont déportés. Continuer la lecture de Le temps des maquis – 5 – La menace de représailles