Situation générale en Lot-et-Garonne au cours des années 1939-1940

Table des matières

Les principales dates du conflit, les lot-et-garonnais et la guerre

Dans ce billet, on observe Jacques #Munier relever les dates essentielles qui jalonnent la période allant de la déclaration de la #guerre à la libération du Lot-et-Garonne. Puis il introduit son exposé en rappelant la situation sociologique, économique et politique que connait le département à la veille du déclenchement du conflit ainsi que la manière dont la population apprend l’existence d’une voix qui refuse de se soumettre et appelle au sursaut national. Quelques dates clés

3 septembre 1939 : la France déclare la guerre à l’Allemagne.
Mai-juin 1940 : victorieuse dans la bataille des frontières, l’armée allemande envahit la France.
18 juin 1940 : de Londres, par la #BBC, le général #De Gaulle appelle à la Résistance.
Février 1941 : Victoire des Forces Françaises Libres (Leclerc) à Koufra (Libye).
8 novembre 1942 : débarquement anglo-américain au Maroc et en Algérie.
11 novembre 1942 : l’armée allemande occupe la zone laissée libre en 1940.
2 février 1943 : reddition de la meilleure armée allemande à Stalingrad.
16 février 1943 : Laval crée le « Service du Travail Obligatoire » (#STO).
27 mai 1943 : Jean Moulin fonde le Conseil National de la Résistance.
6 juin 1944 : débarquement allié en Normandie.
15 août 1944 : débarquement allié en Provence.
19-21 août 1944 : Libération d’Agen et du Lot-et-Garonne après deux mois et demi de combats.

 Introduction

Au mois d’août 1944, le quart sud-ouest de la France s’est libéré à peu près seul de l’armée allemande qui l’occupait. Longtemps considérée par les Alliés comme une simple force occasionnelle pour affaiblir l’adversaire et entraver le mouvement de ses armées lors du débarquement, la #Résistance a alors montré sa capacité à atteindre l’objectif qu’elle s’était elle-même assigné: forcer l’ennemi à quitter le pays. Mais sa formation et son cheminement consistent en une multitude de faits qu’il est difficile de situer dans un ensemble cohérent tant les documents sûrs sont rares, et les souvenirs imprécis, sur les dates, les lieux et les circonstances.

Le Lot-Garonne est alors un département majoritairement rural où la petite exploitation paysanne a résisté à la crise des années 30 au prix d’une vie étroite et chargée de travail. Ses agriculteurs, pauvres et besogneux, ont une bonne instruction élémentaire, lisent les journaux et s’intéressent à la politique. Calmes et avisés ils ont échappé aux Ligues, à Dorgères et à ses « Chemises vertes ». Ils soutiennent l’école laïque et, pour la plupart, votent Radical; les cantons de l’Ouest votent communiste dans le sillage du député Renaud Jean. Nos petites villes n’échappent pas aux manifestations bruyantes des « Croix de Feu » puis du « Parti Social Français ».

Tous sont choqués par l’accord Germano-Soviétique qui précipite l’Europe dans la guerre, puis atterrés par la défaite si rapide de nos armées et par l’« exode » de 8 millions de personnes qui déferlent vers le sud. Ils tentent de se rassurer en apprenant que le maréchal Pétain prend en main ce qu’il reste de la France; mais ils comprennent vite que celle-ci s’enfonce pour longtemps dans le malheur.

L’appel du général De Gaulle, diffusé par la radio de Londres le 18 juin 1940 à 22 h, n’est pas entendu par les Français qui écoutent les bulletins d’informations français et ne pensent même pas à prendre une radio étrangère. Cependant, le 23 juin, la radio française fait allusion à cet appel en annonçant la rétrogradation du général au grade de colonel, et, plus tard, sa condamnation à mort. De jeunes Lot-et-Garonnais vont s’intéresser à cet inconnu alors que leurs aînés affecteront longtemps de le considérer comme un trublion sans importance…

« Raconte-moi la Résistance »
Jacques MUNIER
ANACR47 – 2013

Liste de tous les articles de la catégorie :

La Résistance Lot-et-Garonnaise dans la 2ème Guerre Mondiale

Situation générale en Lot-et-Garonne au cours des années 1939-1940

Les signes de la première résistance

Formation des premiers réseaux

Intensification de la guerre et de la Résistance – 1

Intensification de la guerre et de la Résistance – 2

Le temps des maquis – 1

Le temps des maquis – 2 – Le rassemblement

Le temps des maquis – 3 – Des coups dramatiques

Le temps des maquis – 4 – Les plans d’action

Le temps des maquis – 5 – La menace de représailles

Le temps des maquis – 6 – A la veille de Jour J

Le temps des maquis – 7 – Les Allemands reculent sur tous les fronts

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 1 – Le Jour J

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 2 – Villages sous la terreur

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 3 – Bombardements et escarmouches

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 4 – Les principaux combats : Astaffort

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 5 – Les principaux combats : Castelnau-sur-Auvignon

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 6 – Les principaux combats : Sos

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 7 – Les principaux combats : Prayssas

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 8 – Les principaux combats : Lapeyres et St-Jean-de-Thurac

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 9 – A l’approche du dénouement

La Libération du Lot-et-Garonne – 1 – Agen

La Libération du Lot-et-Garonne – 2 – le département

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *