Accueil

En France, dénommée ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance) depuis 1952, notre association a été fondée en mars 1945 par l’une des principales composantes des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI), les « Francs-Tireurs et Partisans Français ».

En s’élargissant à toutes les familles de pensée de la Résistance Intérieure et de la France Libre, à toutes les formes du combat de Résistance, elle s’inspire de l’unité de la Résistance réalisée au sein du Conseil National de la Résistance (CNR).

En 2006, au congrès de Limoges, elle a modifié son nom en Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance (ANACR)

Vous pouvez accéder à la liste des articles publiés sur ce blog en cliquant sur ARTICLES dans le menu ci-dessus ou en cliquant sur ce lien.

5 réflexions au sujet de « Accueil »

  1. Mon oncle Jacques Chèvre, notaire à Issigeac a été résistant. Il est mort en déportation. J’ai travaillé avec l’aide de Résistants locaux sur l’histoire d’issigeac pendant l’occupation , avec l’ANACR Dordogne pour la publication d’un ouvrage de référence paru en 1996 (voire sources et dons) .
    Martin dit Bayard a été condamné à 10 ans de réclusion le 29 janvier 1948 pour l’Assassinat de son lieutenant Goulfié dit Pierrot , celui de 6 notables Issigeacois et bien d’autres exactions reconnues qui n’avaient rien à voire avec des actes de Résistance . Ces faits sont connus rapportés par plusieurs témoignages que je tiens à votre disposition ; Je m’étonne dans ces conditions de la publication dans le Mag de Sud Ouest du 09/08/2014 d’une photo du groupe Bayard. Il y a eu suffisamment de groupes méritants pour ne pas publier celle d’un des Résistant les plus douteux de cette époque ; la publication de cette photo est par ailleurs un drame pour les familles des victimes de Martin.
    Je transmet également ce courrier à la rédaction du Mag Sud ouest ainsi qu’à plusieurs chercheurs sur cette période .
    Bravo pour le combat que mène l’ANACR pour la mémoire de la Résistance . C’est regrettables que vous fassiez de telles erreurs.
    S’agit il d’ignorance de cette histoire ou d’un choix volontaire?

    1. Réponse du Comité local de Fumel
      Nous avons étudié votre courriel et estimons que vos remarques s’adressent davantage à Madame Darquié qu’à nous-mêmes. Dans ces conditions, nous lui avons transmis votre message pour l’usage qu’elle jugera bon d’en faire.
      Quant au comité ANACR de Fumel, sa position est claire. Ce n’est pas par ignorance qu’il a publié deux références au groupe « Bayard ».
      1 – https://sites.google.com/site/cheminmemoire/lieux-de-memoire/07—fontenilles
      2 – https://sites.google.com/site/cheminmemoire/lieux-de-memoire/08—carayac
      Il sait qui était Charles Martin – il signale son caractère « sulfureux » dans l’une de ces deux pages – qui ne correspond en rien aux valeurs que défend l’ANACR. Cependant, doit-on passer sous silence la présence d’un groupe de résistants sur notre territoire, au seul prétexte que leur chef est un odieux personnage, un criminel condamné, pour des faits avérés, par la justice française ?
      Cordialement.
      Comité ANACR de Fumel – Monsempron-Libos

    2. Très cher Concitoyen,
      Moi-même fils du résistant FFI « Petit-Roger » (Roger-Elie ACQUIER – « mort pour la Patrie » à la Libération de « sa » ville : Toulouse, tiens à apporter mon appréciation des écrits publiés par le torchon… pardon quotidien « SUD-OUEST » , digne successeur de « La PETITE GIRONDE » , interdit à la Libération : Cet élément du groupe de presse « Sud-Ouest », longtemps propriét quasi exclusive de la famille LEMOINE , gros propriétaires fonciers du côté de CASTELJALLOUX fut et demeure un outil de profits et de soutien à ces annonceurs les plus nantis.
      De ce fait les rédacteurs en chef , triés sur le volet et intronisés par un conseil d’administration voué à un mode de gestion hyper-capitaliste, n’ont de cesse que de servir au mieux leurs maîtres.
      Aussi lorsque un fait important, voire historique leur est soumis veillent-ils jalousement à NE SURTOUT PAS mettre en cause tel ou tel de leurs soutiens.
      A ce sujet : cherchons donc ensemble ce que ce « journal » a publié, depuis qu’il remplace la « Petite Gironde », comment il instruisit l’affaire GRANDCLEMENT, ce suppôt de nazisme soi-disant « liquidé » par des agents « chabanistes »… Mais dont personne n’a retrouvé le corps… et donc certains résistants affirment l’avoir croisé, dans les années 50…
      OUi : il serait bon de clarifier certains faits et, ainsi de faire apparaître une vérité HISTORIQUE bien différente de celle que les « autorités » répandent … A quelles fins ?…
      Lou DESTRABAT ce mercredi 27 avril 2016.

  2. La personne assise au 1er rang, 2ème en partant de la droite, pourrait être René Boisssières, de Gavaudun, Les frères Bosc (Georges dit en occitan Pasina, et Roland dit Pibeta) sont peut-être eux-aussi sur la photo. Ils faisaient partie du groupe.
    Ce groupe avant tendu une embuscade à un colonne allemande qui remontait vers le nord après le débarquement, sur la commune de St-André d’Allas, près de Sarlat
    Pèire Boissièra.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le blog de la Résistance lot-et-garonnaise