La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 4 – Les principaux combats : Astaffort

Table des matières

13 juin : le combat d’Astaffort

Affecté par les évènements de Laclotte et de St Pierre de Clairac, le groupement #Pommiès est réorganisé sous la direction de #Le Magny («  #colonel Derines »), qui succède à #Ernst le 10 juin. Un de ses détachements, commandé par le capitaine #Traverse, détruit, en application du « plan vert », le pont ferroviaire d’#Astaffort qui enjambe le Gers à l’aval du village, puis enlève, dans Astaffort, un milicien et un de ses complices qu’il ramène, prisonniers, à #Castelnau sur Auvignon.

[ready_google_map id=’5′] Cliquez sur les fanions pour situer les combats

Dans la matinée du 13 juin, on sait déjà, grâce à un indicateur, que des miliciens se préparent à faire une expédition punitive ; les jeunes gens susceptibles d’être inquiétés s’éloignent et vont rejoindre les maquis voisins. Vers 13 h arrive un car, bondé de miliciens, en civil et en armes, avec leurs chefs : Barthes-de-Montford et Fatta. Ils ont une liste de 10 noms. 5 se sont déjà échappés, les 5 autres sont faits prisonniers. 4 d’entre eux sont embarqués de force dans le car qui est si plein que le 5ème, René #Vidalon, doit suivre dans sa voiture personnelle, où montent des miliciens.

Tout s’est passé très vite. Vers 14 h le convoi repart vers Agen, mais il est arrêté, dans la côte de Borde-Neuve, par une fusillade qui crève un pneu du car. Des maquisards #CFP (Corps Francs Pommiès), avertis par les jeunes qui les ont rejoints, se sont mis en embuscade à hauteur de #Château-Martin.

Les miliciens descendent du car immobilisé et vont vers leurs agresseurs en faisant marcher devant eux leurs 5 otages. Quand ils arrivent à la crête de la montée, ils sont pris dans le feu croisé de deux fusils-mitrailleurs, placés de part et d’autre de la route. Tous se jettent à terre et rampent. Barthes est tué, Fatta blessé au crâne ; la route est couverte de sang. 4 otages réussissent à s’abriter derrière un tas de pierres, (le 5ème est déjà mort), mais ils sont mal protégés des balles qui labourent le sol ; l’un d’eux est blessé par une balle explosive.

Une voiture de secours arrive en trombe, un drapeau tricolore à la portière. Elle porte un détachement CFP commandé par le capitaine Traverse. Mais la tenue civile des miliciens, couchés dans le fossé l’induit en erreur : il les prend pour des maquisards et cette courte méprise vaut au détachement d’être fait prisonnier et de servir, à son tour, de bouclier. Arrive une camionnette des PTT. Les miliciens l’arrêtent, y chargent des blessés, miliciens et otages, et mettent l’un des leurs au volant. Elle est arrêtée à Layrac, par des maquisards, qui la détournent sur Cuq où mourra Fatta.

Les maquisards reçoivent de nouveaux renforts des CFP venus de Fals et de Cuq. Les miliciens, débordés, se réfugient à Château-Martin d’où ils appellent Agen par téléphone. Vers 18 h une compagnie d’Allemands arrive avec des voitures blindées et refoule les maquisards vers Astaffort après avoir achevé les blessés (dont Traverse) d’une balle dans la nuque. Mais à l’entrée du village, au virage du pont routier sur le Gers, ils sont pris sous le feu d’un fusil-mitrailleur qui les empêche d’avancer et qu’ils n’arrivent pas à neutraliser. Les survivants, allemands et miliciens, repartent sans avoir pu rentrer dans Astaffort.

Le lendemain, Agen apprend, de bouche à oreille, avec un plaisir dissimulé, la mort de Fatta. Il suffit de regarder l’air des gens pour savoir s’ils savent.

Parmi les morts faits par la bataille on a compté une dizaine de Résistants.
« Raconte-moi la Résistance »

Jacques MUNIER
ANACR47 – 2013

 Liste de tous les articles de la catégorie :

La Résistance Lot-et-Garonnaise dans la 2ème Guerre Mondiale

Situation générale en Lot-et-Garonne au cours des années 1939-1940

Les signes de la première résistance

Formation des premiers réseaux

Intensification de la guerre et de la Résistance – 1

Intensification de la guerre et de la Résistance – 2

Le temps des maquis – 1

Le temps des maquis – 2 – Le rassemblement

Le temps des maquis – 3 – Des coups dramatiques

Le temps des maquis – 4 – Les plans d’action

Le temps des maquis – 5 – La menace de représailles

Le temps des maquis – 6 – A la veille de Jour J

Le temps des maquis – 7 – Les Allemands reculent sur tous les fronts

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 1 – Le Jour J

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 2 – Villages sous la terreur

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 3 – Bombardements et escarmouches

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 4 – Les principaux combats : Astaffort

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 5 – Les principaux combats : Castelnau-sur-Auvignon

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 6 – Les principaux combats : Sos

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 7 – Les principaux combats : Prayssas

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 8 – Les principaux combats : Lapeyres et St-Jean-de-Thurac

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 9 – A l’approche du dénouement

La Libération du Lot-et-Garonne – 1 – Agen

La Libération du Lot-et-Garonne – 2 – le département

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *