6 avril 2014 – Le Congrès départemental de l’ANACR de Lot-et-Garonne à Aiguillon

Le Congrès départemental de l’ANACR à Aiguillon

 

La tribune du Congrès de L'ANACR (6 avril 2014)
La tribune du Congrès de L’ANACR (6 avril 2014)

Dimanche 6 avril s’est tenu à Aiguillon le #Congrès départemental de l’#ANACR avec une centaine de participants ancien(ne)s Résistant(e)s et Ami(e)s de la #Résistance. A la tribune, des officiels : le Maire d’Aiguillon, un représentant du Conseil Général, le Préfet, le Colonel représentant le 48ème RT du Lot et Garonne, le commandant du groupement départemental de gendarmerie, madame Bru, responsable de l’ONAC… ainsi que le représentant du Bureau national M. Varin, la Présidente départementale Mme Moreno, et les élus du bureau départemental. Continuer la lecture de 6 avril 2014 – Le Congrès départemental de l’ANACR de Lot-et-Garonne à Aiguillon

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 5 – Les principaux combats : Castelnau-sur-Auvignon

21 juin : le combat de Castelnau-sur-Auvignon

Il n’a pas lieu en Lot-et-Garonne, mais près de ses limites. Il nous intéresse parce qu’il concerne notre principal fournisseur d’armes, et parce que le maquis formé autour de lui, l’a d’abord été par des Agenais de « #Victoire ». En juin 1944, ce maquis compte environ 200 volontaires français, commandés par le capitaine #Prost, et un groupe important de #guérilléros espagnols, commandés par Thomas #Guerrero dit « #Camilo ». #Hilaire, bien renseigné sur les préparatifs d’assaut des Allemands, appelle les groupes qui peuvent le renforcer, parmi lesquels la #35ème #Brigade #Marcel #Langer #FTP-MOI sous les ordres d’Enzo #Lorenzi. Continuer la lecture de La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 5 – Les principaux combats : Castelnau-sur-Auvignon

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 4 – Les principaux combats : Astaffort

13 juin : le combat d’Astaffort

Affecté par les évènements de Laclotte et de St Pierre de Clairac, le groupement #Pommiès est réorganisé sous la direction de #Le Magny («  #colonel Derines »), qui succède à #Ernst le 10 juin. Un de ses détachements, commandé par le capitaine #Traverse, détruit, en application du « plan vert », le pont ferroviaire d’#Astaffort qui enjambe le Gers à l’aval du village, puis enlève, dans Astaffort, un milicien et un de ses complices qu’il ramène, prisonniers, à #Castelnau sur Auvignon.

Continuer la lecture de La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 4 – Les principaux combats : Astaffort

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 3 – Bombardements et escarmouches

Deux bombardements, des escarmouches meurtrières, de tragiques rencontres

 [Les nombres de victimes, approximatifs, sont ceux que les survivants ont rapportés]

Les Allemands et la Milice s’acharnent particulièrement sur le canton d’#Houeillès où s’est fixé le Bataillon #Arthur qui les a chassés de #Casteljaloux pendant quelques heures le 10 juin. A Houeillès, le 13 juin une femme est tuée par une bombe lâchée d’un avion. Continuer la lecture de La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 3 – Bombardements et escarmouches

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 2 – Villages sous la terreur

Villages sous la terreur

[Dans cet essai de mise en perspective des évènements lot-et-garonnais dans la guerre mondiale, il n’est pas possible de relater tous les faits qui se sont produits en juin, juillet et août. Seuls les plus importants ou les plus typiques seront cités] Continuer la lecture de La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 2 – Villages sous la terreur

La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 1 – Le Jour J

« La bataille suprême est engagée. C’est la bataille de France, la bataille de la France… » De Gaulle, 6 juin 1944

 Le Lot-et-Garonne et le Jour J

 Dans la nuit du 5 au 6 juin, après que l’Etat-major #FFI ait été rapidement informé, la #BBC fait passer tous les messages qui déclenchent l’action immédiate, mettant en application tous les plans d’action en même temps et partout à la fois. Ainsi, après avoir longtemps hésité à reconnaître et à armer la Résistance, le Haut Commandement Allié la lance d’un coup dans la bataille de France sans tenir compte de la disproportion entre les tâches qui lui sont demandées et les moyens qu’elle a pour les exécuter. Le Lot-et-Garonne, loin des frontières et,  de ce fait, longtemps épargné par les hostilités, se trouve plongé brusquement dans la guerre et devient, pendant 73 jours une zone de combats. Continuer la lecture de La part du Lot-et-Garonne dans la bataille de France – 1 – Le Jour J

Le temps des maquis – 7 – Les Allemands reculent sur tous les fronts

Avril 1944. Les Allemands reculent sur les fronts de l’Est et de l’Italie

 C’est « la défense élastique ». Les Russes, qui ont fini par débloquer Léningrad, pénètrent aux pays baltes, en Pologne, en Roumanie. En Italie, les Alliés et l’armée française du général Juin arrivent devant Rome. Hitler est réduit à la défensive. En Lot-et-Garonne, comme dans le reste de la France, la tension monte de jour en jour. Le débarquement devient une obsession pour tous. Quelqu’un ayant dit qu’une attaque massive alliée est imminente, la rumeur s’empare aussitôt de l’information. Les initiés savent que le plan « Fortitude-Ironside » prépare un débarquement sur la côte landaise, les maquisards devant s’assurer des aérodromes pour permettre le largage des troupes aéroportées. Continuer la lecture de Le temps des maquis – 7 – Les Allemands reculent sur tous les fronts

Le temps des maquis – 6 – A la veille de Jour J

Au jour J quelques maquis parmi d’autres

Retrouvons les groupes armés insurrectionnels pour mentionner, en quelques mots, les plus importants d’entre eux le 1er juin 1944, en sachant bien qu’on ne peut pas faire un tableau, même succinct, de la Résistance en Lot-et-Garonne sans tenir compte des opinions politiques qui continuent à caractériser les groupes. C’est là le résultat de la propagande officielle qui martèle depuis des années ses slogans contre le communisme et contre le gaullisme. Continuer la lecture de Le temps des maquis – 6 – A la veille de Jour J

Le temps des maquis – 5 – La menace de représailles

Vivre sous la menace de représailles

Les Allemands cherchent à s’emparer des arrivages d’armes avant leur distribution. Une de leurs plus belles prises a lieu à la ferme de la famille Ossard à la Ragotte (2 km au Sud de Duras). Conduits par la Milice, ils récupèrent plus de 2 tonnes d’armes (2 parachutages successifs) en tuant 3 maquisards et en en déportant 8 autres dont 4 ne reviendront pas. Autre exemple : au Blanchou, maison isolée à 2,5 km au Nord-Est de Clairac. Conduits par la Milice, en pleine nuit, les Allemands tirent de la paille armes et munitions. Ils en chargent 2 charrettes qu’ils font atteler de vaches pour atteindre la petite route qui passe à la Molère, à 800 m de là, où attend leur camion. Tous les hommes du hameau sont déportés. Continuer la lecture de Le temps des maquis – 5 – La menace de représailles

Le temps des maquis – 4 – Les plans d’action

Intégrer les maquis dans les plans d’action

 De Gaulle n’a pas imaginé ces maquis, devenus si importants que le mot « maquisard » remplace souvent celui de Résistant. Il a pensé longtemps que la Résistance, ne jouerait de rôle qu’au moment du débarquement allié. Il l’avait conçue comme une petite armée cachée, formée de patriotes disciplinés, dont il nommerait les chefs, et à qui des armes et des ordres seraient donnés au moment opportun. Continuer la lecture de Le temps des maquis – 4 – Les plans d’action

Le blog de la Résistance lot-et-garonnaise