Stèle de Limon

Discours de la Présidente Brigitte Moreno à Limon

Nous ne sommes pas tous égaux face à Internet. Ceux qui se trouvent en bout de ligne ADSL en savent quelque chose : ralentissements, impossibilité de visualiser les clips vidéo dans de bonnes conditions… Pour que certains ne soient pas trop pénalisés, nous publions, dans cet article et le suivant, les textes des interventions de notre Présidente, que les plus chanceux ont déjà visualisé.

Brigitte MORENO à Limon parle des liens étroits entre Résistance française et alliès britanniques

LIMON LE 3 AOUT 2014

Brigitte MORENO, Présidente de l'ANACR 47 - Limon / Feugarolles - 3 aout 2014
Brigitte MORENO, Présidente de l’ANACR 47 – Limon / Feugarolles – 3 aout 2014

Madame la Directrice de l’ODAC, représentant Monsieur le Préfet, Monsieur le Président du Conseil Général, Monsieur le Conseiller Général, Monsieur le Maire, Messieurs les représentants des autorités civiles et militaires, Mesdames et Messieurs les Présidents d’associations d’Anciens Combattants et Résistants, Mesdames et Messieurs les Porte Drapeaux, Mesdames et Messieurs, Chers Amis,

Il y a 70 ans, le 6 juin 1944 à 17h30, le Général de Gaulle, chef du Gouvernement provisoire de la République Française s’adressait aux Français sur les ondes de la BBC :

«  La bataille suprême est engagée !
Après tant de combats, de fureurs, de douleurs, voici venu le choc décisif, le choc tant espéré…. Bien entendu, c’est la bataille de France et c’est la bataille de la France ! …..
Pour les fils de France, où qu‘ils soient, le devoir simple et sacré est de combattre par tous les moyens dont ils disposent , il s’agit de détruire l’ennemi, l’ennemi qui écrase et souille la patrie, l’ennemi détesté, ….
»

 

Durant l’été 1944, et en particulier en juillet et août, les sabotages de la voie ferrée Bordeaux-Toulouse se multiplient, renforcés par les bombardements de l’aviation anglaise. Tous les maquis sont mobilisés pour paralyser les troupes allemandes, harceler la division « Das Reich », l’empêcher par tous moyens de rejoindre le front de Normandie. La résistance locale bénéficie alors de missions alliées parachutées, le souvenir de celle du 4 août 1944, nous réunit aujourd’hui.

La Résistance avait localisé un train de munitions allemand et les cheminots résistants le retardèrent en le faisant naviguer plusieurs fois d’une gare à l’autre.

Les résistants, en liaison avec le colonel HILAIRE, officier anglais du S.O.E. transmirent à Londres toutes les informations concernant ce train et demandèrent sa destruction.

Ce 4 août 1944, en pleine bataille de France, deux avions « Mosquito » de la R.A.F. remontent la vallée de la Garonne pour une mission de mitraillage, ils attaquent le train, à Clermont-Dessous.

Le convoi touché, les obus transportés explosent, la voie est détruite, obstruée durant plusieurs jours.

Pendant l’opération, un des 2 avions est endommagé par l’explosion. Il tente un atterrissage tout près d’ici. Mais le choc avec le sol provoque l’inflammation du carburant, et l’explosion des munitions restantes. Le pilote blessé parvient péniblement à s’extraire, tandis que le navigateur JACK AYLIFFE meurt dans l’avion.

Après le crash, une course de vitesse s’engage entre la Résistance et l’occupant. Un groupe, composé de 4 hommes se porte rapidement sur les lieux. Les Allemands cantonnés à Port-Sainte-Marie, ne surviennent que demi-heure plus tard.

Les résistants emmènent le blessé et après les premiers soins prodigués, le transportent vers le Gers où le groupe du Colonel Hilaire le prend en charge. L’aviateur blessé se rétablit de ses blessures et peut ensuite regagner l’Angleterre.

HAROLD DEVENING AYLIFFE, « JACK », a perdu sa vie sur notre sol, il a été enseveli dans ce petit cimetière de Limon avec tous les honneurs suivant les circonstances de l’époque. Depuis, les municipalités successives de FEUGAROLLES, veillent à l’entretien de sa tombe. Nous garderons toujours le souvenir de ce jeune homme qui a sacrifié sa jeunesse dans la lutte pour notre liberté.

Cette cérémonie nous rappelle combien le sort des résistants et des alliés britanniques était intimement lié dans cette lutte contre l’occupant.

Nous rendons aussi hommage au courage du peuple britannique, qui, malgré les assauts allemands sur son propre sol a apporté son soutien à notre pays. Nous associons à cet hommage tous les résistants, dont certains payèrent lourdement, par la torture, la déportation ou la mort, leur participation à la Résistance.

70 ans après ces événements dramatiques, inscrits dans notre histoire locale, nous persévérons dans la transmission de la mémoire auprès des jeunes générations, notamment dans le cadre de la préparation aux épreuves du Concours National de la Résistance et de la Déportation. L’ANACR est engagée dans cette mission, car nous ne pouvons pas rester des témoins passifs face aux actes et aux affirmations des négationnistes, présents partout y compris en Europe. Dans un monde où le racisme, la xénophobie, les atteintes à la dignité humaine, la suppression de la liberté d’opinion, les atteintes à la dignité des femmes, le message historique de la Résistance, de tolérance, d’humanisme, de respect des différences, est plus que jamais nécessaire.

Je tiens à remercier le comité ANACR du canton de Lavardac et sa présidente Lydia Carrasset, pour leur engagement dans la pérennisation de cette mémoire.

Merci aussi, Monsieur le Maire, pour votre soutien dans la commémoration du souvenir du 4 août 1944.

Au nom de l’ ANACR, j’exprime toute ma reconnaissance à nos amis britanniques présents à cette cérémonie, en premier lieu aux membres de la famille de Jack Ayliffe, venus parfois de très loin s’incliner sur sa tombe. Votre présence nous touche très sincèrement.

Tous nos remerciements vont à Monsieur et Madame LIVELY représentants de l’Association Royal Air Forces, fidèles à cette cérémonie.

THANK YOU FOR EVER.
Merci de votre attention.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *