A.G. ANACR 47 2015 Les chemins de Mémoire

Conseils pour développer les chemins de Mémoire

En complément aux informations déjà données pour la création d’un Chemin de Mémoire, voici quelques pistes complémentaires à ne pas oublier d’explorer : le Lot-et-Garonne a été « un pays d’accueil » au fil de l’histoire. Le maillage du territoire par les Chemins se doit de le mettre en valeur : l’exode en 1939, a jeté sur les routes les populations de l’Est de la France… Ces personnes sont arrivées chez nous groupées ou pas, en train, en voiture….comme elles pouvaient. Les municipalités se sont mobilisées pour les loger, les nourrir (allons consulter les délibérations des conseils municipaux dans les mairies, nous serons étonnés par les informations qu’elles contiennent !). Certaines se sont engagées dans la Résistance, parfois au prix de leur vie. Des liens se sont tissés et encore aujourd’hui des jumelages existent entre les villes, mentionnons les dans nos travaux.

De nombreux étrangers ont été amenés en train dans notre région, en provenance des pays du nord et de l’est de l’Europe, en assignation à résidence. Des rafles ont été ordonnées par le gouvernement de Vichy et exécutées, entre autre, par les gendarmes. Nombre de ces Juifs ont été envoyés dans des camps où ils ont péri en grand nombre. Heureusement, certaines familles les ont cachés malgré les menaces de mort. Relevons, dans nos territoires, les noms des Justes parmi les Nations (retrouvons leurs traces dans les articles de journaux…). Tous ces Justes n’ont pas eu de reconnaissance locale, pourquoi ? N’oublions pas les autres étrangers qui sont venus travailler dans nos usines ou dans nos fermes…

Sur nos monuments aux Morts, relevons les noms de ceux qui ont été inscrits pour la 2ème guerre mondiale mais vérifions leur orthographe, les dates et lieux de naissance et de décès ainsi que les circonstances de ce décès (allons sur le site Mémoire des Hommes pour vérifier s’ils sont inscrits). Confrontons nos sources avec l’histoire locale, allons voir les lieux…Parfois, avec la fiche de décès du lieu où ils sont morts nous pouvons retrouver le vrai lieu de naissance. Les secrétaires de mairie sont d’une aide précieuse, ils possèdent énormément d’informations. N’hésitez pas à me contacter si nécessaire en laissant un commentaire ci-dessous.

Danielle DARQUIE
Comité local de Fumel – Monsempron-Libos
Commision Mémoire ANACR 47

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *