6 avril 2014 – 4 – Congrès départemental de l’ANACR de Lot-et-Garonne à Aiguillon : le monde combattant

Droits et vie du monde combattant

Anne-Maie Victor évoque la vie du monde combattant
Anne-Maie Victor évoque la vie du monde combattant

Ce rapport, actualisé en fonction des dernières évolutions, fait la synthèse des travaux autour de la vie du monde #combattant, menés lors du conseil national de l’#ANACR, le 20 novembre 2013. Il a été lu à la tribune d’Aiguillon par Anne-Marie Victor.

La situation du monde combattant

Lors du dernier débat budgétaire, le ministre délégué aux anciens combattants a estimé à 1,2 millions le nombre d’anciens combattants, tous conflits confondus. Si on ajoute les ayants droit ce chiffre avoisine 2 millions de personnes. Il y a deux ans, on en comptait 3 millions. La baisse est significative et il est reconnu que 50 à 60 000 anciens combattants disparaissent chaque année. L’âge moyen d’un ancien combattant est estimé à 75 ans et appartient aux anciens d’AFN, d’Indochine et de 39-45.

l’ANACR suit cette pente avec des effectifs s’amenuisant inexorablement.

Malgré cela, l’exigence permanente des associations d’anciens combattants consiste à conserver un interlocuteur gouvernemental avec rang de #ministre et présentant un #budget spécifique devant le #Parlement. Celui de 2013 ne l’ayant pas été, les protestations des associations ont forcé le gouvernement à obtempérer pour celui de 2014

L’activité de notre ministère est de plus en plus phagocytée par celle du ministère de la Défense au point que l’absence du ministre des Anciens Combattants est régulièrement relevée lors des récentes réunions de l’UFAC.

2014 et 2015 étant des années avec élections, rien de fâcheux ne se produira mais on peut craindre que lors de la prochaine législature, la disparition du poste de ministre délégué soit envisagée.

Les droits du monde combattant

Officiellement, le budget 2014 a diminué de 2,7% mais comme le nombre d’ayants #droit diminue de 5%, la baisse effective de ce budget dépasse les 3%. Rappelons que cette baisse est constante depuis plusieurs années quelle que soit la majorité au pouvoir

Les commémorations décennales

2014 est l’année du 70ème anniversaire de la #libération du territoire mais au cours des débats parlementaires, il était seulement prévu de traiter du « 100ème anniversaire du déclenchement de la guerre de 14-18 et du 70ème anniversaire du #débarquement ». Suite à nos interventions, la notion de « #Résistance » est apparue.

Quelle qu’eût été l’importance historique de la guerre de 14-18, l’ANACR considère que les deux anniversaires ne doivent pas être envisagés sous le même angle. Les raisons pour lesquelles les résistants ont combattu et les leçons à tirer ne sont pas les mêmes que pour le conflit de 1914 à 1918.

La rédaction des textes préparant ces #cérémonies ne s’est pas faite de manière très démocratique puisque les députés de la commission de la défense n’ont pas été consultés. L’enveloppe budgétaire consacrée à ces cérémonies s’élève à plus de 23 millions d’euros.

La vie du monde combattant

–          L’#indemnisation des #orphelins de guerre fait débat au Parlement

Il y a des orphelins de la seconde guerre mondiale non éligibles aux dispositifs d’indemnisation prévus par les décrets de 2000 (orphelins de parents juifs morts en déportation) et 2004 (orphelins de parents victimes de la #barbarie #nazie). Sont exclus de ces dispositifs les orphelins de parents résistants morts les armes à la main.

Les associations d’orphelins de guerre demandent l’extension des indemnisations à tous les orphelins de tous les conflits. C’est une question extrêmement délicate et juridiquement sans solution. Toutefois, l’ANACR doit en discuter en interne.

  • le budget du ministère des anciens combattants s’élève à 2 milliards 800 000 euros.

La retraite mutualiste du combattant, que les résistants considèrent comme entrant dans les droits à réparation, est assimilée par le ministre délégué à une niche fiscale.

  • Nous devons constater un affaiblissement général des associations du monde combattant et victimes de guerre.

Pour endiguer cela, il conviendrait de renforcer l’union du monde combattant. L’#UFAC (Union Française des Anciens Combattants) créée par le général De Gaulle est le lieu idéal pour construire cette union. Sauf que des lignes de partage traversent le monde des Anciens Combattants. Exemple : la Fédération Maginot a quitté l’UFAC au motif non avoué que cette dernière n’avait pas pris position concernant la date commémorative des morts en Algérie

Autre exemple récent : l’Union Fédérale des Anciens Combattants vient de quitter l’UFAC avec entre autres motifs : le président de la commission des droits ne souhaite plus que les résolutions présentées par les défenseurs des droits des Alsaciens-Mosellans soient reconduites.

A ce sujet, l’ANACR s’élève contre l’attribution du Titre de Reconnaissance de la Nation aux enrôlés de force, les « Malgré-Nous ». Position définie de longue date et réitérée lors de notre dernier congrès à Lons le Saulnier. Souvenons-nous d’Oradour sur Glane !

Cette situation semble mener à la création d’une fédération concurrente de l’UFAC par les trois associations que sont l’UNC, la Fédération Maginot et l’Union Fédérale.

En conclusion, le monde combattant est en profonde mutation. Des intérêts divergents le traversent. Il reste beaucoup à faire pour l’unifier.

Rappelons que l’UFAC a publié, le 12 novembre 2013, un communiqué s’élevant contre les manifestations d’hostilité envers le Président de la République à Paris et à Oyonnax le 11 novembre 2013.

Liste de tous les articles de la catégorie :


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *