Libération d'Agen, le comité local sur les boulevards

Le 19 août 1944 à Agen, le joug nazi s’évanouissait

Agen a retrouvé la liberté

Après avoir honoré les noms des résistants et fleuri les plaques qui émaillent les rues et les bâtiments publics d’Agen, les porte-drapeaux et le public se sont retrouvés devant le monument aux Morts de la place Armand Fallières. Au nom du Comité d’Organisation de la Libération d’Agen, Pierre PONS, ancien résistant dans un groupe « VENY », a prononcé l’appel suivant :              

Pierre PONS lit l'appel du Comité d’Organisation de la Libération d’Agen
Pierre PONS lit l’appel du Comité d’Organisation de la Libération d’Agen

« Il y a soixante-dix ans, le 19 août 1944, les Forces Françaises de l’Intérieur, après avoir soutenu de durs combats, après avoir bravé avec l’aide de la population, fusillades et répression féroce, faisaient irruption à AGEN ; c’était la LIBERATION.

Le 6 juin, le débarquement allié donne le signal de l’insurrection nationale.

Il faut empêcher les éléments de la division Das Reich, d’arriver à temps sur le front de Normandie. Les résistants lots et garonnais coupent les voies de communication, font sauter les voies ferrées, les ponts et les lignes téléphoniques.

Fin juillet, les Forces Françaises de l’Intérieur retiennent devant elles huit divisions ennemies, dont aucune ne pourra aller renforcer celles qui se battent sur le front.

Le 19 août, dès 2 h. du matin, le bruit de camions éveillent les agenais. Ces camions sont pleins de soldats Allemands qui évacuent la ville.

Aussitôt, tous les groupes de résistants cantonnés dans les environs, entrent dans Agen. La ville en voyant déambuler ces gars en short, plus ou moins armés, avec leur drapeau respectif, a du mal à réaliser ce qui se passe.

Pendant ce temps, un groupe de maquisards et de nombreux badauds investissent la mairie. Les portraits de Pétain sont piétinés par la foule. L’ancien maire, le Docteur Messines, est ovationné par les participants. Avec le comité départemental de libération ils vont à la prison et font libérer les 6 prisonniers politiques qui y sont encore.

Vers 10 h, tout Agen est dans les rues, alors la liesse éclate. Des drapeaux apparaissent aux fenêtres. Un cortège, spontané, va jucher sur son piédestal le buste de Marianne, que les nazis avaient emporté. La foule applaudit longuement, entonne la Marseillaise et va se recueillir devant le monument aux morts.

Pendant ce temps, l’Etat-major de la Résistance s’installe, à la Chambre de Commerce. Une nouvelle équipe rédactionnelle s’implante au Petit Bleu. Le quotidien change de nom et paraîtra désormais sous l’intitulé  « Quarante-quatre » en devenant le journal du Comité de Libération.

Le 20 août, le CDL présidé par le colonel Beck, s’établit à la préfecture, et y installe le préfet provisoire de la Libération, Mr DUVIGNEAU.

Le 23 août, le Comité local d’Agen forme un conseil municipal.

Le dimanche 27 août à lieu la fête de la victoire, d’autant plus éclatante, qu’on vient d’apprendre la libération de Paris.

Le Lot et Garonne s’honore d’avoir connu une résistance particulièrement active qui a permis cette libération. Mais le prix de la liberté est lourd par le sang versé, comme en témoigne son martyrologue :

  • plus de 250 fusillés ou tués au combat,
  •  plus de 650 déportés dans les camps de la mort s’ajoutant aux 1200 détenus d’Eysses.
  • des milliers de patriotes arrêtés, emprisonnés et torturés

Après quatre ans de privations, de persécutions, d’arrestations, de fusillades, et de déportations, le Lot et Garonne était à nouveau debout.

Mais si Agen retrouve sa liberté, le reste du territoire, est encore occupé,

Des résistants vont s’engager dans l’armée débarquée en Provence, pour continuer le combat en Alsace, et en Allemagne.

D’autres rejoindront le théâtre d’opérations de la Pointe de Grave, où ils combattront jusqu’en avril 1945.

Le Général de Lattre leur rendra hommage lors de leur intégration dans son armée  (je cite) «  … et vous, nos camarades FFI, si chers à notre affection, qui en haillons et les mains presque nues, avez impitoyablement harcelé l’oppresseur avant de le maîtriser. Partout, vous étiez là, courageux, audacieux ; vous avez été pour nous plus que des frères d’armes, vous avez été d’autres nous-mêmes … »

N’oublions pas que cette liberté fut retrouvée, grâce à de très durs combats.            La Nation debout, indépendante, était présente à Berlin le 8 mai 1945, pour la capitulation sans condition de l’armée Allemande.

Les résistants étaient plein d’espoir après avoir retrouvé la liberté, et croyait à un monde nouveau où la guerre serait bannie. Soixante-dix ans après, force est de constater que le monde  contemporain est loin de leurs aspirations.

Dans un monde en crise, qui peut conduire au pire, nous appelons à la vigilance, à la nécessité de transmettre la connaissance de ce qu’a été la réalité monstrueuse du fascisme, et de lutter contre le négationnisme.

Nous croyons que l’enseignement des Valeurs de la Résistance est nécessaire à la formation citoyenne des jeunes générations .La « Journée Nationale de la Résistance » symbolise l’union des forces de la Résistance, telle que souhaitée par le Général de Gaulle, et réalisé par Jean Moulin le 27 mai 1943. Elle est le moment privilégié où l’Education Nationale est invitée à participer à l’information des jeunes générations.

En ce soixante dixième anniversaire les valeurs de la Résistance : d’humanisme, de solidarité, et de la République : Liberté, Egalité, Fraternité demeurent. La tolérance et la paix doivent nécessairement les accompagner.

Nous invitons les jeunes à rester fidèles à ces valeurs, et leur accordons toute notre confiance pour les transmettre aux générations futures.

Merci aux autorités civiles et militaires aux élus, aux anciens résistants, aux anciens combattants, à toutes celles et tous ceux qui ont œuvré pour cette commémoration.

Vive le soixante-dixième anniversaire de la Libération. »

Commémoration de la Libération d'Agen - 19 août 2014
Commémoration de la Libération d’Agen – 19 août 2014

                                                              

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *