Commemoration St-Jean de Thurac 20140824

17 août 1944 : le groupe « DOLLÉ » tombe dans une embuscade à St-Jean de Thurac

Au lieu-dit Moulin du Noble, à St-Jean de Thurac, 7 maquisards du groupe « DOLLÉ » sont abattus dans une embuscade tendue par les miliciens

Dans l’article précédent, nous avons évoqué les combats de Laspeyres. Aujourd’hui nous terminons avec ceux du Moulin du Noble à St-Jean de Thurac.

COMPAGNIE DOLLÉ

Stèle St-Jean de Thurac - Moulin du Noble
Stèle St-Jean de Thurac – Moulin du Noble

Dans la nuit du 16 au 17 août, la compagnie DOLLÉ, en remplacement du groupe GEOFFROY, fait mouvement vers le pont sur le canal au Moulin du Noble et à 5 heures du matin, détruit la voie ferrée.

La seconde partie de la mission consiste à interdire la circulation sur la route nationale. Deux platanes sont choisis pour être plastiqués lors du passage d’un convoi ennemi.

A 8 h du matin 2 camions allemands se présentent. Les platanes sautent mais ne stoppent pas la progression des véhicules allemands. Les maquisards poursuivent le convoi. Ce dernier est repéré derrière le canal à la hauteur d’un pont. La position est imprenable. Le Capitaine DOLLÉ décide de l’attaquer à revers. Pour ce faire il donne l’ordre à sa compagnie de se replier. Arrivée vers 10 h du matin au niveau du pont du Moulin du Noble, elle est reçue par le feu de l’enfer des miliciens embusqués.

Dans la première voiture conduite par le Capitaine DOLLÉ :

MOLINIÉ Origène, né le 18 février 1914 à Madaillan, est touché à la tête. Il sort du véhicule puis il est criblé de balles avant de s’effondrer.

Dans le deuxième véhicule, conduit par DEMOL, LIORIT et TORIKIAN sont blessés et se mettent à l’abri.

Dans la camionnette transportant la mitrailleuse :

CHEVALLIER Jacques, né le 21 juillet 1923 dans l’Oise, est touché par une rafale en plein thorax. Il gît au volant de son véhicule. Mort Pour La France.

A court de munitions pour leurs armes, submergés par le nombre de miliciens – 10 contre 1, et une mitrailleuse sans grand secours, les maquisards sont impuissants. Les tirs cessent peu à peu. Vers midi, le Capitaine DOLLÉ est contraint de hurler « sauve qui peut ».

Entre temps, lors de l’assaut final mené par les miliciens, c’est la curée.

Si quelques jeunes résistants ont déjà succombé à leurs blessures et à la soif, les autres sont impitoyablement massacrés, défigurés à coups de crosses.

Ainsi meurent :

ALBOR François, né le 9 avril 1911 à Bayonne. Il travaille dans les Landes où il adhère au parti communiste. A ce titre, cantonnier à la S.N.C.F., il participe, pendant l’Occupation, aux mouvements de résistance. Arrêté le 17 juin 1941, il est interné à la maison centrale d’Eysses. Libéré par le groupe DOLLÉ en juillet 1944, il s’engage dans ce maquis. Mort Pour La France.

ALVEZ François, né le 12 août 1908 au Portugal, achevé par les miliciens.

BROUCKSEAUX Raymond, né le 7 juillet 1922 à Calais, achevé par les miliciens. Il est libéré de la prison d’Eysses en juillet 1944 par le groupe DOLLÉ et rejoint ce dernier.

DELETTRE Pierre, volontaire FFI au sein du groupe DOLLÉ, achevé par les miliciens.

TORIKIAN John.

Ayant choisit le regard de ce jeune homme de 17 ans pour illustrer notre chemin de Mémoire en Fumélois, nous voulons, en nous attardant avec lui, l’honorer et à travers lui honorer toute la fine fleur de la jeunesse française et européenne qui s’est sacrifiée pour que vive la liberté.

John est né le 25 avril 1927 à Châteauneuf dans la Drôme. Ses parents, Arméniens avaient fui leur pays suite aux persécutions de leur peuple. L’usine de Fumel leur propose un travail et un logement. La famille vient s’installer dans la cité ouvrière du Chemin-rouge. John est un élève brillant, espoir de sa famille. Quand l’usine ouvre son centre d’apprentissage il vient s’y inscrire. Rapidement, il va fréquenter le Front National de Libération de la France créé sur la commune voisine de Montayral. Il va alors transporter des messages dans l’usine pour le compte de ce réseau.
Quand les Allemands occupent la zone Sud, en novembre 1942, il décide avec deux autres camarades de partir pour le maquis sans avertir leurs familles. John falsifie sa carte d’identité car il est trop jeune pour s’enrôler. Sa robuste constitution physique favorisée par les activités physiques pratiquées au centre de formation trompe la vigilance du groupe DOLLÉ qui le recrute.
Dans les combats pour la Libération, à Saint-Jean de Thurac le 17 août 1944, il est à bord du second véhicule conduit par le Lieutenant DEMOL. Blessé, il réussit à se mettre à l’abri. Mais il sera horriblement massacré à coups de crosses par les jeunes miliciens lors de l’assaut final lancé par ces derniers. Parmi eux, il reconnaît un camarade de classe.
Son père ne le reconnaîtra que par les chaussettes tricotées par sa maman. Cette dernière se laissera mourir de chagrin trois ans plus tard.

Au centre des apprentis de Fumel, une cérémonie aura lieu, en présence de sa famille, en hommage à ce jeune arménien qui a donné sa vie pour la France. Ses camarades du centre de formation réaliseront l’encadrement de la tombe où il repose au cimetière de Libos.
En signe de reconnaissance, la ville de Fumel a donné le nom de « rue Torikian » à la rue ou habitait la famille de John.


Au bas de la stèle, un nom a été ajouté au cours des années 1980 : celui de LIORIT Lucien, en reconnaissance de son courage et de son long calvaire. Il est né le 18 avril 1923 à Niort dans les Deux-Sèvres. Matelot à bord du contre-torpilleur Volta, sabordé à Toulon en 1942, il rejoint la Résistance et la compagnie DOLLÉ en 1944. A St-Jean de Thurac, lors de la poursuite des deux camions allemands battant en retraite, depuis le toit de sa camionnette, il les aperçoit et donne l’alerte. Au moment du repli ordonné par DOLLÉ, il est présent dans le véhicule conduit par le lieutenant DEMOL. Grièvement blessé, il parvient à traverser le canal et perd connaissance. C’est un agriculteur qui le recueille. Confié aux soins du Dr. BOCQUET, il ne parviendra pas à récupérer de ses graves blessures et s’éteindra en janvier 1980 après 35 années d’extrêmes souffrances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *