Hommage à « Gilles » résistant fumélois

«Gilles», résistant et figure importante parmi les anciens commerçants du fumélois, nous a quittés.

Gilles BAGATTIN est né en Italie, en 1922, près de la frontière autrichienne.

Sa famille arrive en France en 1927. Poussée hors de son pays par la violence fasciste et la misère, elle s’installe dans une ferme près de Soturac (Lot), comme bon nombre d’autres italiens venus dans le Sud-Ouest pour occuper les terres laissées libres par la terrible saignée provoquée par la guerre de 1914-1918. Continuer la lecture de Hommage à « Gilles » résistant fumélois

DACHAU, centre d’hébergement des migrants ?

L’Association Nationale des Anciens combattants et des Ami(e)s de la Résistance du Lot et Garonne condamne avec Louis CORTOT le choix de la municipalité de Dachau d’installer le centre d’hébergement des migrants dans un bâtiment annexe du camp de concentration de Dachau.

Louis Cortot est Compagnon de la Libération, Président de l’Association Nationale des Anciens Combattants et Ami(e)s de la Résistance (ANACR) Continuer la lecture de DACHAU, centre d’hébergement des migrants ?

70ème anniversaire du Centre Delestraint-Fabien

Le 30 septembre 2015, à Penne-D’Agenais, a eu lieu la commémoration du 70ème anniversaire de la création de la « Maison », au Domaine de Ferrié, qui reçut, dès 1945, les anciens Résistants blessés lors des combats, épuisés après des séjours en prisons et/ou déportés afin qu’ils reprennent des forces.

Lors de son allocution, Pierre MARTIN, Président national de l’ANACR  ne manqua pas de rappeler que si, au cours du temps, la « Maison de repos« , baptisée Centre Delestraint-Fabien a beaucoup évolué, en devenant un centre de soins classique, il n’en reste pas moins que l’ANACR,  propriétaire du Centre, peut être satisfaite d’être toujours restée fidèle aux idéaux des Résistantes et Résistants qui créèrent ce lieu dans l’esprit du Programme du Conseil National de la Résistance permettant à tous d’accéder à des soins de qualité nécessaires à leur santé.  Continuer la lecture de 70ème anniversaire du Centre Delestraint-Fabien

Le duraquois – pays de résistance contre l’occupant nazi

15 août 1944 dans le duraquois

Dans le duraquois, il y a 71 ans, jour pour jour, 4 jeunes hommes, engagés dans la Résistance dans le groupe des Francs Tireurs et Partisans (FTP) « Jean Marie », chargés de patrouiller dans les environs de Duras où une division de la Waffen SS opérait depuis quelques jours, furent repérés par un milicien local et dénoncés aux Allemands. Cette division allemande, particulièrement féroce, évitait les grands axes routiers, préférant emprunter les petites routes, sillonnant les villages isolés et semant la terreur.

C’est entre Riocaud en Gironde et Savignac-de-Duras dans le Lot-et-Garonne, que les Allemands attaquèrent leur véhicule, au lieu-dit « le Rayet », à la limite même des deux départements. Envoyés dans le fossé, mais juste commotionnés, les jeunes résistants furent aussitôt attrapés, frappés, torturés, mutilés et pendus aux arbres du petit bois longeant la route. Continuer la lecture de Le duraquois – pays de résistance contre l’occupant nazi

Laparade – un village sauvé de la barbarie nazie par son abbé

Laparade, une effroyable tragédie

Le 12 juillet 1944, Laparade, village du Lot-et-Garonne, se réveille au son du crépitement d’armes automatiques. Suite à une dénonciation, des miliciens attaquent un groupe de Résistants. Ils capturent cinq d’entre eux et tuent une passante. Continuer la lecture de Laparade – un village sauvé de la barbarie nazie par son abbé

Les lauréats marmandais du CNRD mis à l’honneur

Les lauréats marmandais du CNRD mis à l’honneur

 

Jeudi soir, 18 juin 2015, les lauréats marmandais du Concours National de la Résistance) et de la Déportation ( CNRD) 2015  ont reçu leurs prix dans les jardins de la Sous-Préfecture de Marmande. Continuer la lecture de Les lauréats marmandais du CNRD mis à l’honneur

09 JANVIER 2014-WAGON DU SOUVENIR DE PENNE D’AGENAIS : PETITE HISTOIRE

30 Mai 1944, la remise aux autorités nazies des 1.200 prisonniers de la Centrale d’Eysses

Le 30 Mai 1944, 1 200 prisonniers sont entassés dans des wagons à Penne d’Agenais. Quelques mois après l’insurrection des prisonniers de la Centrale d’Eysses où 12 furent fusillés, les autorités françaises ont remis aux nazis ces patriotes dont le destin final était le camp de concentration de Dachau. Amenés de force, à pied ou par convois de camion, les 1 200 prisonniers ont rejoint, sous les coups, la gare de Penne d’Agenais. Ils sont partis en direction de Compiègne, lieu de rassemblement des déportés pour l’Allemagne. A Compiègne ils ont retrouvé d’autres prisonniers d’Eysses, partis en mars pour un transfert vers Blois. Continuer la lecture de 09 JANVIER 2014-WAGON DU SOUVENIR DE PENNE D’AGENAIS : PETITE HISTOIRE

Le blog de la Résistance lot-et-garonnaise